AUDIARD Ô DÉSESPOIR !

audiard-nnfp1
Je l’avoue, je suis loin d’être un fanatique du père Audiard. Le bonhomme aurait même tendance à me les briser menu avec ses manières de publiciste poujardo-argoteux éparpillant façon puzzle les beaux sujets d’adaptation cinoche en soupe au navet de luxe.
Par exemple, l’autre jour, j’ai maté La Métamorphose des Cloportes.
Une catastrophe.
À la décharge du gars Audiard, l’homme n’y officiait pas seulabre. Son mentor, le grand Albert Simonin, était aussi de la partie. L’aurait été mieux inspiré, celui-là, de se casser une patte plutôt que de s’attaquer à l’adaptation du bouquin de Boudard.
Après leur passage, aux deux ostrogoths, ça ne ressemblait plus à rien, cette confession d’un ex-taulard converti au saint-germanisme hussardifié, c’en devenait d’ailleurs atterrant.
Même Jimmy Smith, qu’entrave pourtant queudale à la langue de Le Breton, claviotait à la sinistre sur son orgue hammond, délaissant le mod-jazz exalté pour la marche funèbre de circonstance.
Brrr…
Ne nous fâchons pas, je l’ai vu, lui aussi, mais il y a de ça une sacrée paye. Le sujet, cette fois, est de Audiard himself. N’empêche, je n’y refoutrais pas mon jeton de mate avant longtemps.
J’en garde un souvenir assez tiède. Quelques moments marquants – principalement les minets british sur leurs mobylettes débiles – surnagent dans un océan de platitude typique à ce cinoche franchouillard comico-populaire et/ou (rayez la mention inutile) polardo-pontifiant dont le triste Lautner fut si longtemps le fer de lance le plus vaillant.
Du coup, pourquoi me farder le livre qu’Audiard en tira ?
Probable que je conçu la chose comme un dérivatif. J’étais alors en plein dans des lectures sérieuses, en vue de l’écriture d’un article encore plus sérieux, et il me fallait un polar rapidement torché pour décrocher un coup de ma besogne gambergeuse.
Ne nous fâchons pas passa par là. Je m’en saisi.
Je ne fus ni surpris, ni comblé, ni deçu. Le machin se lit comme on boit un litre de blonde en Forêt Noire.
Voila déjà une qualité certaine.
Ensuite, délesté des images mouvantes de Lautner, c’est vachement plus digeste.
Et si les expressions argoteuses ont (comme toujours chez Audiard) le systématisme facile – avec par endroits une restriction drastique du champ lexical (« Scratch ! Boum ! Plof ! ») – ce serait médire que de renier au larron une belle aisance dans le maniement de la plume.
Ne sont-elles pas un brin choucardes, les perles que je t’enfiles ?
Si fait.
Mais ce bouquin, que certains papetiers malhonnêtes vendent une fortune sur la toile, méritait bien qu’on lui tresse ce collier de rien du tout.

audiard-nnfp2

Ne nous fachons pas, Michel Audiard et Marcel Jullian, Librairie Plon, 1966

ANDRÉ HÉLÉNA, EN COUPS ET DOULEURS

fanfan1
Il y a deux André Héléna ; l’auteur et le scribouilleur. Le premier signait de beaux romans noirs et désespérés (comme Le demi-sel, Le bon dieu s’en fout ou Les flics ont toujours raison) et le second se fardait des polars de troisième catégorie rapidement usinés, aux ficelles grossières mais non dénués de charme.
C’est au second que l’on a ici affaire, celui qui tirait à la ligne en jouant à l’affranchi, la gouaille facile, l’argomuche de rigueur, emballant sans frime la came habituelle : les caïds, les barbeaux, les mignonnes et les caves.

fanfan2
L’intrigue y est forcement aberrante – c’est le principe du polar swing de bas-étage.
Un truand, jalmince d’un concurrent lui ayant ravi le cœur de sa gagneuse favorite, flinguote les deux tourtereaux dans un bistrot de paname puis, histoire de tuer le temps et de remplir le reste du bouquin (à peine 130 pages, c’est du rapide), s’occupe de poivrer les ganaches qui ne lui reviennent point de quelques uns de ses contemporains.
Contemporains auxquels Fanfan la Douleur, héros de cette courte série qu’Héléna tartina en 53 pour le compte de l’éditeur-filou Roger Dermé, se retrouve mêlé à la scabreuse.
Ni caïd ni truand, notre héros. « Je suis trop généreux pour ça » nous explique-t-il avant de rajouter : « […] la politique, la police et le brigandage sont des boulots qui exigent de n’avoir pas de cœur. C’est sans doute pour ça que je ne deviendrai surement jamais riche. »
Lui serait plutôt redresseur de tort interlope, vengeur du mitan, le Saint chez les truands.
Tout ça rappelle une autre série qu’André Héléna signa à la même époque aux éditions de la Flamme d’Or, l’Aristo, mais en moins barbant.

fanfan3
Bien évidemment, ce roman ne vaut le détour que pour les descriptions que dresse Héléna d’un Paris miséreux, nocturne, disparu à jamais.
Le rade d’un bougnat, les immeubles décrépits, un troquet à entraîneuses faussement rutilant et la rue, toujours la rue, avec cette asphalte humide sur laquelle se reflète la lueur des réverbères et qui nous mène, quelque sens que l’on emprunte, en dehors des grands axes.
Dans les zones, les terrains vagues, les quartiers gris.
Là, « ce ne sont que cheminées d’usines, dressées vers le ciel comme des canons de Titans, des murs de béton, avec, à perte de vue, des ‘Défense d’Afficher’ gigantesques.
De l’autre coté, de hautes maisons noires tournent vers nous leurs yeux aveugles.
Dire qu’il y a des mecs qui habitent là, au milieu des sifflets des trains, des sirènes d’usines et des fumées acides qui rongent les poumons.
Un brouillard sale et glacé pèse sur cet ensemble. »
Le cafard, encore et toujours.
C’était là que s’épanouissait, invariablement et jusque dans ses travaux les plus bâclés, la grâce terrible d’André Héléna.

fanfan4

Roule pas ta mécanique, André Héléna
Éditions le Condor / Les aventures de Fanfan la Douleur # 2, 1953.

ITSI BITSI PIN-UP BIKINI

belamie1
C’est un genre en soi, quelque part entre le fanzinat inconscient et la piraterie éditoriale.
Les photographies sont découpées dans les pages de Cinémonde ou de ces merveilleuses revues de nus artistiques des années 50, type Paris Cocktail et Paradise ou Folies de Paris et de Hollywood. Les dessins sont chouravés dans des numéros de 100 Blagues ou de V Sélection. On y reconnait Lassalvy, René Caillé, Pichard et quelques autres.

belamie2

(ci-dessus, une peinture d’Aslan volée aux éditions de l’Arabesque.
Il s’agissait de la couverture du roman
Venus des Neiges,
collection Parme # 16, 1956)

Quant aux textes, leur origine reste non-contrôlée. Des articles sur la sexualité, des récits galants, des blagues pas drôles.
Le tout, imprimé sur papier torche-fesse et pesant entre 32 et 36 pages, n’est que très légèrement olé-olé mais possède le charme des publications fauchées et inutiles avec parfois, au détour d’une page, de menues surprises, comme cette Betty Page, rebaptisée Sheree Kirk et citant Freud.

belamie3

(Bunny Yeager ? cambriolée !)

À la toute fin, le responsable de la chose signe son forfait (l’idiot !) et nous donne même son adresse.
Au fil des revues (Belamie, Mam’sel, No Magazine, Rififi…), quatre noms reviennent, immanquablement.
C’est le gang des trafiquants d’images coquines !

belamie4

D’abord, nous avons monsieur Van Der Bogaert et madame Jeanne Baert, tout deux domiciliés Ter Heydelaan, à Deurne (Anvers, Belgique).
Ensuite, monsieur Theys, lui aussi basé sur Anvers mais habitant la rue Volk.
Et enfin, leur correspondant français, un certain Marcel Picavet, 39 rue Sedaine à Drancy (Seine Saint-Denis).
Peut être un jour en saura-t-on plus sur ces pieds-nickelés de l’érotisme belge (et sur leur d’Artagnan Séquano-Dionysien…)
Voila en tout cas un beau sujet d’étude pour les générations futures.

belamie5

(cet article fut précédemment publié sur l’ancien blog Müller-Fokker,
le 1er mars 2013. Quelques erreurs ont depuis été corrigées.)